La simplicité volontaire, engin de mouvements sociaux

Préambule :

J’ai eu la chance de faire une lecture de l’excellent livre sur l’organisation des mouvements sociaux, le « Anarchist’s Cookbook » de la non-violence (pdf fournis par les auteurs) par les co-fondateurs de l’organisation Food Not Bombs. Je peux fortement vous recommander d’acheter leur livre.  J’ai constaté par contre que les auteurs, bien qu’ils soient excellents dans toutes les autres sujets abordés, n’avais peut être pas tout à fait eu l’expérience de la simplicité volontaire, surtout pas au niveau social tel qu’on la vie au Québec. Je leurs ai donc écrit et ils ont gracieusement publié la lettre sur leur site de maison d’édition : See Sharp PressAvec leur permission, je vous traduis le tout ici.

Bonjour M. McHenry, M. Bufe,

Merci pour votre excellent publication (1: Food Not Bombs’ (Non Violent) Anarchist’s Cookbook)). Je vous soumets avec respect que votre section sur la simplicité volontaire, à la page 48, est partiellement inexacte, et de plus risque une division parmi vos partisants sans que cela soit nécessaire. Voici alors un court discours qui comprends 17 sources d’informations primaire et/ou respectés. J’espère que cela pourra servir.

La simplicité volontaire, engin de mouvements sociaux

La simplicité volontaire est un processus de choix conscients faits dans le quotidien qui sont davantage écologique (2: Science Daily), économique (3: Mother Earth News), et meilleur pour la santé (4:Johns Hopkins). C’est aussi adopté comme philosophie par plusieurs personnes (5: Researchgate)  spécifiquement pour démunir  les systèmes de consommation/capitalisme et leur prépondérance (6: Sagepub Journals). Ça se dit « simple » car on parle de plusieurs choix sains et abordables qui sont plus simples que leurs égaux dans le marché des productions à grandes échelles.  Tel le vinaigre pour faire le ménage, ou faire pousser ses tomates au lieu de les transporter à travers de continents.

Des exemples de façons où les gens simplifient, ou bien trouvent une suffisance, sont toutefois bien expliquer dans votre chapitre « Approches souvent vues dans les mouvements sociaux », page 48 :  une alimentation hyper locale, la minimisation de transports privés, le recyclage, l’utilisation de matériaux de construction recyclés, l’utilisation de pratiques de construction bioclimatique (tel que le solaire passif, etc.), l’utilisation de sources d’énergie alternatives, l’autoproduction de fruits et légumes, et de manger plus bas dans l’échelle de a chaîne alimentaire.

Par contre, avoir énuméré quelques-unes des très bonnes raisons pour ces nouveaux choix, y inclus des grands effets sociétaux tel sur l’industrie du pétrole et les subventions pour la transformation alimentaire, vos conclusions dans cette section sur la simplicité volontaire sont tout de même incomplets et de plus, en partie incorrecte, et ce sur trois aspects.

1    La simplicité volontaire n’est pas un changement dramatique et coûteux

La simplicité volontaire n’est pas un changement dramatique et coûteux fait du jour au lendemain, tel votre conclusion le propose. Pour la plupart des gens, c’est un processus de changements graduels (7: Wikihow)  vers des meilleurs façons qui leur sauvent temps, argent, et stress. Ainsi, le portrait de la personne typique (8: Researchgate)  qui s’informe sur les pratiques de la simplicité volontaire correspond plus à une genre de maman futée de la banlieue. Voici quelques informations démographiques  (6: Sagepub Journals):

-Elles sont en famille: 68% sont mariées, 64% ont des enfants. Dans les études, c’est de majorité les femmes qui répondent.

-Elles sont omnivores, urbaines ou de banlieues : Que 21% habitent en fermes, et malgré que 83% poussent une quantité de leur alimentation, seulement que 21% sont végétariennes ou véganes.

-Elles sont actives dans la société: 67% s’impliquent aux groupes communautaires, 38% dans des groupes de trocs ou accorderies, et 90% veulent “voir de l’action politique en ligne avec la simplicité volontaire”.

-Elles viennent de toutes les classes économiques, avec 70% d’entre elles qui réussissent à réduire leurs revenus grâce à la simplicité volontaire.

-87% sont plus heureuses grâce à la simplicité volontaire et, dans les pays occidentaux, certaines mesures de simplifications peuvent se trouver chez 20% à 30% de la population.

2    La pratique de la  simplification de la vie quotidienne contribue aux changements sociétaux non-violents en plusieurs façons importantes

-Fait croître les systèmes d’économie locale : Les gens qui prennent l‘habitude de penser de près à l’amélioration des petites choses de la vie ont une habitude de se rassembler en groupes pour le partage de ressources, de commencer à créer des économies locales et flexibles selon leur besoins ainsi que de viser l’autonomie alimentaire. La culture des « makers » est un exemple (9: Techshop) parmi d’autres de ce qu’on voit quand les simplicitaires s’agrègent.

-Augmente la liberté des individus : Les vieilles (10: Yes Magazine)  et nouvelles (11: Taylor & Francis Online) façons de faire les choses sont retenues et partagés, ce qui diminue la dépendance de la population sur le cycle marchand de croissance/rebuts ainsi que sur les marchés. Cela permet aussi de faire des économies.  (6: Sagepub Journals)

-Inspire l’activisme : Des études démontrent que les gens deviennent plus heureux à la mesure qu’ils augmentent leur autonomie vis-à-vis les biens jetables et la simplicité de leur vie quotidienne  (6: Sagepub Journals). D’autres études viennent montrer que les gens heureux sont plus portés à s’organiser pour des changements sociaux (12: Ideas.Repec.org). En tout cas, cela semble fonctionner comme ça au Canada. (13: Carleton University)

-Implique toute la population : Certains ne peuvent pas participer dans plusieurs des activités liées aux mouvements sociaux (14: Notre Dame University). Cela inclus les jeunes familles, les aînées, et les personnes handicapées. La simplicité volontaire, par son accessibilité à tous ainsi que par ses autres avantages, rends possible la mobilisation de bien plus que ce 3.5% de la population requis pour des changements sociaux (15: Rational Insurgence).

-Enseigne la pensée critique : C’est une manière valorisante pour des gens de toutes classes socio-économiques d’apprendre à faire la recherche, l’analyse critique, des tests, et des expériences. Ces apprentissages se trouvent à être une base d’outils nécessaires à une compréhension des réalités politiques et écologiques.

3    L’intersectionnalité et le respect sont essentiels aux changements sociaux

Certaines autorités et médias ont travaillé fort (16: Forbes, 17: Huffington Post, )  pour que les adhérents de la simplicité volontaire aient un air de culte, de hippies dogmatiques. Par conséquent, la dérision est commune même en publications anarchistes et de mouvements sociaux, et les forces de la simplicité volontaire, soit l’éducation des gens, la création de communauté, et l’inspiration de l’autonomie qui donnent courage aux humains, passent souvent inaperçus et sont sous-utilisés.

Votre livre est sincèrement un œuvre de grande importance, et aura une influence sur l’humanité à long terme. Je m’inquiète que votre section sur la simplicité volontaire tel qu’écrite risque d’être contre-productive aux espoirs sociétaux que nous partageons, mais je suis personnellement pleine de gratitude pour ces nombreux outils que vous nous avez rassemblés.

Merci de votre temps,

-Tammy Mackenzie

Note de l’auteure : Les références dans ce document sont en anglais. Si vous voulez en savoir plus à ces sujets, nous vous suggérons l’une des nombreuses communautés à travers le monde. Au Québec, un excellent point de départ est le Réseau Québécois pour la simplicité volontaire ou encore le groupe Facebook Simplicité volontaire au Québec. Si vous voulez vous lancer dans les références, 6: The Voluntary Simplicity Movement: A multinational survey analysis in theoretical context et 13 : Carleton University Ottawa: Voluntary Simplicity: Lifestyle Activism in Late Modernity sont les plus pertinents.

Laisser un commentaire