L’Automatisation de la construction résidentielle au Québec

Par T Mackenzie, revisé par A Dupplessis.

Peut-on construire une machine pour imprimer des maisons?

Oui, nous pouvons le faire. En nous appuyant sur les technologies et les matériaux existants, nous pouvons construire une machine mobile qui recycle les déchets de construction pour imprimer des structures isolées. L’équipe de Print our Home a élaboré une carte de route pour le faire ici même au Québec. Cependant, être en mesure d’automatiser la construction soulève une deuxième question:

Devrions-nous?

Déjà, en ne se basant que sur les économies reliées aux coûts de production, l’automatisation est considérée par plusieurs comme inévitable dans la structure actuelle des marchés (McKinsey Global Institute).  Dans le cas de la construction résidentielle, une machine qui a un impact sur 5 % (CCQ) de la main-d’œuvre québécoise et qui vise à réduire les coûts de construction est une machine qui aura un profond effet social.

Le travailleur

Les constructeurs du Québec sont des chefs de file à l’échelle mondiale. Afin de le demeurer, nous devons nous adapter. Une expertise et de l’expérience avec les technologies d’automatisation et de construction écologique à grande échelle pavent le chemin naturel pour notre main-d’œuvre, nos industries, et nos centres de formation. De plus, l’automatisation vient se justifier chez le travailleur individuel en diminuant les coûts de construction de plusieurs dizaines de milliers de dollars par maison – jusqu’à 35 % de rabais sur une maison neuve avec certaines techniques. Au prix et au taux d’hypothèque dans la banlieue de Montréal, cela peut représenter 150,000 $ ou plus par famille sur 25 ans.

La société

En plus d’assumer nos responsabilités environnementales, nous considérons les effets possibles de nos décisions sur les gens. Nous intégrons alors nos projets dans la communauté locale, pour promouvoir des avantages réciproques et à long terme pour chaque regroupement de la région (dans ce cadre, l’équipe de Print our Home a entrepris une étude à long terme axée sur les données et la philosophie des effets de nos technologies et activités: Discussion: L’automatisation et la qualité de vie au Québec). De prime abord, nous consulterons et respecterons les besoins des personnes susceptibles d’être touchées, telles que les investisseurs, la famille et les amis, les communautés locales, les Kahnienkehaka, Anishanaabe et et autres peuples des Premières Nations, et tous les autres dans un esprit d’équité.

L’environnement

Certes aussi: les exigences de l’intendance planétaire nécessitent l’innovation. Heureusement, il existe un nombre croissant de recherches et d’exemples concrets d’outils pour passer à une économie soutenable.

Comment bien faire?

Quels sont ces nouveaux outils? Est-ce qu’ils satisferont les exigences financières? Des solutions sont en train d’émerger, telles que la comptabilité intégrale (HRH Global Accounting Initiative, Bookkeepers Can Save the World), les semaines de travail réduites (Forbes), les projets pilotes de revenus de base dans plusieurs pays (Toronto Star), l’autogestion, et des mouvements d’informations ouvertes (Open Source Hardware Association) et de créateurs / makers (Université Baylor) alimentant l’innovation en mesures précédemment inatteignables.

Les choix qu’implique la technologie sont, à la fin, les mêmes que dans d’autres œuvres et poursuites humaines. Est-ce que cette technologie est possible? Oui. Répond-elle à nos besoins? Oui. Alors elle s’en vient, et à nous le privilège de conduire.

Laisser un commentaire